publicité

C’est reparti, l’automne est arrivé, nos cheveux tombent en grande quantité et on en retrouve éparpillés un peu partout. La question se pose spontanément : « que se passe-t-il ? Pourquoi leur perte augmente-t-elle pendant cette période ?

Chez les personnes sans pathologies du cuir chevelu, il est tout à fait normal de constater qu’avec le changement des saisons, donc en combinaison avec l’arrivée de l’automne puis du printemps, il y a une augmentation de la chute des cheveux qui se manifeste précisément comme saisonnière.

Bien que les causes n’aient pas encore été complètement élucidées, les spécialistes de la trichologie attribuent à ce curieux phénomène trois causes récapitulatives différentes.

Période de mue

À la base, il y a des études qui attribuent la plus grande perte de cheveux au changement de saison, aux rythmes naturels de la vie des mammifères , une espèce dont nous sommes issus et qui a toujours subi un changement de cheveux précisément aux changements de saisons.

Ce serait donc une sorte d’héritage des espèces qui continue à se manifester, suivant les lois de la nature. Les animaux perdent leurs poils, nous perdons leurs poils .

Changement d’heures de lumière

D’autres chercheurs soutiennent plutôt que la soi-disant perte de cheveux. saisonnier est dû à la variation du nombre total d’heures de lumière et d’obscurité auxquelles nous sommes exposés.

Au changement d’heure, un changement hormonal de l’organisme humain se produit qui entraîne également une plus grande perte de cheveux, tant chez les hommes que chez les femmes.

Mais ce n’est pas tout. D’autres études, partant de l’hypothèse que tout facteur affectant les cheveux (positif ou négatif) se manifeste, en termes d’effets, au cours des trois mois suivants, conduisent l’explication de la chute excessive des cheveux au printemps et à l’automne, à des agents spécifiques auxquels ils ont été soumis au cours des mois précédents.

Conséquences du soleil d’été

En particulier, en ce qui concerne la chute automnale, cela serait dû à l’excès de soleil auquel les cheveux sont exposés pendant la période estivale.

Les forts rayons solaires abîment non seulement les longueurs mais aussi les bulbes, donc les racines des cheveux, qui s’affaiblissent ainsi, occasionnant ainsi une certaine perte, qui varie d’une personne à l’autre, environ au bout de trois mois, donc entre octobre et novembre . A l’inverse, le printemps est dû au froid extrême, qui est aussi l’ennemi des cheveux, car il peut assécher les cheveux et, surtout, resserrer les vaisseaux sanguins, ce qui peut endommager les bulbes et le cuir chevelu et provoquer la chute des cheveux après environ trois mois. peut causer . † Alors au printemps

Il convient de noter qu’il s’agit d’un phénomène physiologique, une alternative naturelle liée aux rythmes de la nature et à l’horloge biologique qui les soutient. Rien n’est pathologique.

En fait, les cheveux ont un cycle de repousse naturel qui comprend également des chutes. Les changements de saisons et les changements qui se produisent accélèrent simplement ce processus vital.

Cependant, préserver les cheveux de l’action directe du soleil et du froid excessif, avec les précautions de traitement spécifiques, est certainement un excellent remède pour minimiser la chute ultérieure si vous le considérez comme gênant ou si vous avez déjà un problème de base concernant la repousse des cheveux ou leur résistance.

A ce propos, nous vous rappelons que lors des changements de saison, pour ceux qui le souhaitent, un soin fortifiant peut être réalisé à base d’extraits naturels, comme l’huile de ricin , qui facilite le processus de régénération en apportant plus de nourriture aux cheveux. Cela contribuera à une croissance plus saine de leur structure qui se traduit par de la brillance, de la résistance, une plus grande épaisseur de la tige et des bulbes.