Publicités

Alors que certaines personnes ont l’impression de laisser se dérouler le spectacle de leur vie  sans y participer, d’autres contrôlent et travaillent à des solutions,  même lorsqu’elles ne le sont pas.

 C’est le cas de Claire O’Connor relayée par nos confrères de The Sun : La Britannique de 35 ans et mère de trois enfants a quitté son travail de femme de ménage pour monter sa propre entreprise avec une offre de nudité ou de travaux ménagers. sous-vêtement.

Découvrez les détails de ses aventures !

Cette maman gagne 115 euros de l’heure pour  le nettoyage de nu

 Il n’y aura pas de toucher, pas de photographie, pas de « extras », dit Claire O’Connor à son client. Alors cette maman espère gagner sa vie en assurant un service unique :  le ménage en lingerie ou en tenue de soubrette,  seins nus voire complètement nue. Ces services ont des coûts différents, respectivement 90, 100 et 115 euros.

Si certains pourraient y voir de la prostitution déguisée, Claire semble insister sur le  sérieux de ses mises en demeure pour mettre un terme à ces propos reçus : « Je viens juste ici, fais ton travail et pars. »

C’est la preuve que  le nettoyage est aussi une tâche esthétique et qu’on peut être plus créatif et inventif ! Cette jeune mère témoigne de motifs similaires.

 Un cas inhabituel

Cette mère gagne 115 euros de l’heure en nettoyant la maison nue

Claire O’Connor, du Kent au Royaume-Uni. Elle a quitté son emploi dans l’industrie hôtelière pour créer sa propre entreprise, qu’elle a nommée Fantasy Clean. Actuellement, elle y travaille de façon indépendante, mais pourrait être embauchée plus tard si son entreprise prospère.

Avec nos confrères de The Sun, elle a confié certains détails de son travail : « Les premières visites peuvent être déroutantes, mais ça s’en va au fur et à mesure que je m’y habitue. Une cliente ».

Rob, son mari, ne  pensait pas pouvoir réaliser ce projet. Lorsqu’elle lui en a parlé, il a absorbé son idée avec humour, mais aujourd’hui, il soutient pleinement son cas et estime que « tout va bien ».

Dans le grand public, ce nouveau business semble faire débat, notamment sur les réseaux sociaux et sur Internet, chez ceux qui pensent que « ça va donner aux personnes âgées quelque chose qui va leur remonter le moral » et d’autres disent que non l’aime particulièrement parce qu’il s’agit « d’un salaire horaire équivalent au salaire minimum que gagne un médecin ».

« La maison reflète notre moi intérieur »

Claire O’Connor a été à la fois sollicitée et critiquée, et les services qu’ils fournissent sont incohérents, soulignant ainsi  certaines différences de perception de ces services.

Si la maison elle-même est vue comme un reflet du « soi intime » comme le soulignent nos confrères du magazine Psychologies, qui se sont penchés sur l’entretien ménager et le développement personnel, alors la plupart du temps c’est une activité qui traite de qui nous sommes. être.

Alberto Eiguer, psychiatre et psychanalyste, dit que nettoyer la maison est « quelque chose de très personnel » car « la maison est le reflet de notre intimité, c’est un lieu de protection pour nous. » nous, c’est notre famille, elle représente qui nous sommes ». « Le nettoyage est un acte d’amour, mais c’est aussi un cadeau que l’on s’offre », conclut-il.

Cela peut aussi être une façon indirecte de prendre soin de vous. Jean-Claude Kaufmann évoque le lien étroit entre « nettoyer » et « nettoyer », c’est-à-dire vivre ensemble. Pour lui, cette activité fait partie de qui il est et nous avons voulu lui donner une identité unique.

Alors quand on est sensible à la beauté du corps, on veut y ajouter le « mémorial de ce que nous sommes » symbolisé par l’épuration, aspect artistique et créatif. Le journal Sudinfo a décrit le déshabillage domestique comme « un jeu de rôle artistique », sans « aucune relation ni contact physique ».